Réussissez vos reprises d’archet au violoncelle

Réussissez vos reprises d’archet au violoncelle

Dans cet article, nous allons parler du retour d’archet, c’est à dire de ce qui se passe quand on change de sens d’archet.

Qu’est ce que le retour d’archet ?

Lorsqu’on commence le violoncelle, on apprend les deux sens d’archet, le tiré et le poussé. On comprend bien vite qu’on va passer notre temps à tirer ou à pousser notre archet. Le retour d’archet, c’est ce qui se passe dans votre main poignet bras épaule entre le moment ou vous arrivez à la fin de votre archet, talon ou pointe, et le moment ou vous en repartez. 

Quand on débute le violoncelle,  le moment du retour d’archet est la plupart du temps, assez rigide, assez sec, c’est à dire qu’un fois arrivé au bout de l’archet, nous faisons simplement marche arrière. On entend des arrêts entre chaque changement d’archet, ce qui nous empêche de garder un joli son continu et de phraser une mélodie. 

Pour imager…

Imaginez-vous conduire vers un mur, et arrivé devant, vous faites simplement marche arrière. Du coup, vous êtes obligé de vous arrêter, de passer la marche arrière, et de repartir.

Mais si vous anticipez le mur, et que vous faite demi tour plus tôt, sans vous arrêter, il n’y a pas d’arrêt et vous restez en marche avant.

Voir la vidéo pour l’exemple

Décomposez le geste

Lorsqu’on arrive au talon, le poignet est normalement dirigé vers votre gauche, en étant légèrement bombé, car c’est lui qui guide le geste. Arrivé à la fin de la mèche, le poignet reste moteur et repars dans l’autre sens en entrainant la main, qui du coup ne s’arrête pas. 

Le résultat consiste en un décalage entre le poignet et la main. Le poignet guide, donc il est en avance, et la main suit. Le dessin de cette courbe est précisément ce que vous permet d’avoir un retour d’archet souple. L’objectif final est d’isoler le poignet de la main, afin que celle ci soit détendue. 

Alors attention à ne pas essayer de contrôler ce mouvement, car sinon vous serez tout aussi rigide, même en ayant l’impression d’exécuter ce geste correctement. Il s’agit d’une part de se détendre afin que la main, le poignet et le bras soient souples, et d’autre part de prendre conscience du poignet, qui est le moteur principal du geste.

Lorsqu’on arrive à la pointe, le poignet devrait alors se diriger vers votre droite, en étant légèrement creusé. C’est toujours lui qui guide le geste. Arrivé à la fin de la mèche, le poignet reste moteur et repars dans l’autre sens en entrainant la main, qui du coup ne s’arrête pas. 

Ce geste est très long à maîtriser au violoncelle. Donc, c’est très important que vous laissiez le temps au temps et que vous ne vous découragiez pas. Il vous faudra beaucoup d’entrainement et de patience avant d’avoir un geste bien souple.

D’autre part, si vous avez mal, ne vous acharnez pas et surtout ne considérez pas la douleur comme normale, en vous disant qu’avez la pratique, ça passera. Dans ce cas, faite une pause, allez faire un tour, et recommencez tranquillement, en gardant bien votre calme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright ©2020 jeannedorche.com | Mentions légales | Politique de cookies | Politique de confidentialité | Création du site par Agenz